Qu’est-ce que la sécurité du cloud ?

La sécurité du cloud est une série d’étapes visant à protéger un environnement cloud, qu’il soit privé ou public, contre les menaces de sécurité internes et externes.

Le cloud computing est une méthode de stockage des données, de l’infrastructure et des applications sur Internet. La sécurité du cloud est un moyen de protéger le cloud contre les attaques internes et externes. Elle est généralement régie par une série de contrôles, de procédures et de politiques qui fonctionnent en tandem pour protéger tous les actifs du cloud. Ces protocoles, lorsqu’ils sont mis en œuvre, peuvent également contribuer à la conformité réglementaire et réduire les coûts administratifs.

Foncièrement, la sécurité du cloud est une sécurité IT, mais dans un endroit centralisé. Les mesures et la protection sont les mêmes, mais la sécurité du cloud est hébergée dans un logiciel. Les logiciels de cloud computing sont facilement évolutifs, portables et dynamiques, ce qui permet de répondre à un environnement et d’accompagner les workflows associés. En outre, le risque de perte ou de corruption de données est réduit de manière exponentielle.

Le modèle Zero Trust et pourquoi vous devriez l’adopter

Par défaut, les professionnels de la sécurité ne doivent faire confiance à personne, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur du réseau. Les stratégies Zero Trust appliquent des principes de moindre privilège lorsque les utilisateurs ne disposent que du niveau d’accès et des ressources les plus faibles possible pour remplir leur rôle. La micro-segmentation est également utilisée afin de ventiler la sécurité du cloud en créant des zones sécurisées qui se répartissent les charges de travail.

  • Cloud privé interne : utilisé par le personnel interne qui utilise l’environnement virtuel.
  • Cloud privé d’un fournisseur de cloud public : un tiers fournit à l’environnement informatique un seul environnement au service d’un client.
  • Cloud public : logiciel en tant que service (SaaS), infrastructure en tant que service (IaaS) et plateforme en tant que service (PaaS).
  • Cloud hybride : les systèmes de cloud privé et public sont partagés par des fournisseurs publics et privés, répartis en fonction du coût, des frais généraux et des charges de travail.

Sécurité centralisée

La sécurité du cloud centralise les mesures de sécurité de la même manière que le cloud computing centralise les données. L’analyse du trafic, la surveillance des événements réseau et le filtrage Web peuvent être gérés de manière centralisée. Cela nécessite moins de mises à jour de politiques et de logiciels, ce qui permet de rationaliser le processus IT et de libérer du temps pour des tâches plus techniques plutôt que de surveiller plusieurs systèmes.

Coûts redirigés

La sécurité du cloud réduit le besoin de matériel dédié, ce qui peut considérablement réduire les coûts, y compris les coûts d’administration. Les équipes IT doivent également réagir face aux menaces de sécurité, ce qui peut prendre plus de temps que les mesures de sécurité proactives de la sécurité du cloud, qui offrent une surveillance constante et ne nécessitent pratiquement aucune interaction humaine.

Administration réduite

La sécurité du cloud réduit le besoin d’interaction et d’intervention humaines. Elle ne nécessite pas de configurations de sécurité et de mises à jour manuelles qui peuvent consommer du temps et d’autres ressources précieuses. L’intégralité de l’administration de la sécurité est gérée automatiquement et de manière centralisée.

Fiabilité

Les mesures appropriées de cloud computing peuvent permettre aux utilisateurs d’accéder en toute sécurité aux actifs à partir de plusieurs emplacements avec très peu de difficultés.

Les vulnérabilités émergent de différentes manières, à différents endroits et pour différentes raisons :

Surface d’attaque étendue

Les environnements cloud sont de plus en plus la cible d’attaques de pirates informatiques qui cherchent à exploiter les vulnérabilités mal sécurisées, à accéder aux données et à perturber les processus. Les attaques courantes incluent les programmes malveillants, les attaques zero-day et le piratage de compte.

Manque de visibilité et de contrôle

Les clients cloud peuvent avoir des difficultés à quantifier leurs actifs ou à visualiser leurs environnements lorsque les fournisseurs de cloud ont un contrôle total et n’exposent pas l’infrastructure à leurs clients.

Charges de travail en constante évolution

Les outils de sécurité traditionnels peuvent être difficiles à utiliser, car ils ne sont généralement pas en mesure d’appliquer des politiques dans des environnements cloud dynamiques. Les actifs du cloud évoluent rapidement et de manière dynamique, ce qui peut contribuer au problème.

DevOps, DevSecOps et automatisation

DevOps et DevSecOps sont progressivement adoptés dans les cultures d’entreprise. Les deux systèmes sont automatisés et intègrent des contrôles et des protocoles de sécurité à chaque étape du processus de développement, ce qui signifie que les changements de sécurité après le développement du produit peuvent nuire au cycle et augmenter les délais de commercialisation.

Qu’est-ce que DevOps ?

Gestion granulaire des privilèges et des clés

Les sessions peuvent être exposées à des risques de sécurité lorsque les clés sont mal configurées. Les programmes cloud peuvent, par défaut, accorder trop d’autorisations sur un compte, ce qui enfreint le principe du moindre privilège.

Environnements complexes

Les entreprises ont tendance à privilégier les environnements hybrides et multicloud. Ces méthodes nécessitent souvent des outils pouvant fonctionner sur tous les types de modèles de cloud, autant publics que privés, et qui ne sont pas toujours faciles à déployer ou à configurer.

Conformité et gouvernance du cloud

Les entreprises sont chargées de s’assurer que leurs processus sont alignés sur les programmes d’accréditation tels que HIPAA, FDPR, PCI 3.2 et NIST 800-53. Cela peut être difficile, car elles n’ont pas toujours une excellente visibilité sur les environnements cloud. Des outils spécialisés sont généralement requis pour les audits et pour garantir une conformité continue.

Bien qu’ils soient généralement sécurisés, les clouds publics n’ont pas le même facteur d’isolation que les clouds privés. Ils sont multi-locataires, ce qui signifie qu’une entreprise peut louer de l’espace serveur à partir d’un système qui héberge également d’autres locataires disposant de leur propre espace serveur. Généralement, l’entreprise qui héberge supervise les mesures de sécurité et s’assure que chaque entreprise dispose d’un niveau de confidentialité suffisant.

Cependant, le facteur multi-locataires peut constituer sa propre menace. Si un autre locataire laisse passer quelque chose de dangereux ou agit de manière imprudente, des attaques telles que les attaques par déni de service (DDoS) distribuées peuvent se propager.

Le chiffrement et la sécurité s’appliquent à différentes charges de travail et à différents niveaux en fonction des exigences. Les clouds hybrides permettent de mieux atténuer les risques : la combinaison de deux environnements cloud permet de diversifier les charges de travail et de les placer à certains endroits en fonction des exigences. Par exemple, les charges de travail et les données plus sensibles peuvent être stockées dans un cloud privé, tandis que les charges de travail plus standard peuvent être placées dans un cloud public. Bien qu’elle représente quelques difficultés comme l’agrandissement de la surface d’attaque et la migration des données, la diversification avec un cloud hybride est un excellent moyen de réduire les risques de sécurité.

Contrôles d’authentification et IAM granulaires basés sur des politiques dans des infrastructures complexes
Il est conseillé de travailler avec des groupes et des rôles plutôt que de travailler au niveau individuel pour la gestion des identités et des accès (IAM, Identity and Access Management). Les groupes et les rôles peuvent faciliter la mise à jour des exigences et des règles business, car les principes de moindre privilège sont idéalement appliqués à chaque groupe ou rôle. Une bonne pratique en matière de gestion des identités et des accès consiste à mettre en place des politiques de mots de passe et des expirations d’autorisation élevées.

Contrôles de sécurité réseau cloud ZeroTrust sur des réseaux et des micro-segments logiquement isolés
Isolez logiquement les ressources au sein d’un réseau cloud et micro-segmentez les ressources à l’aide de sous-réseaux pour définir une politique de sécurité au niveau du sous-réseau. Utilisez des configurations statiques définies par l’utilisateur et un réseau étendu dédié pour personnaliser l’accès des utilisateurs.

Application de politiques et processus de protection des serveurs virtuels, tels que la gestion des changements et les mises à jour logicielles
Les fournisseurs de cloud appliquent systématiquement des règles de conformité lorsqu’ils configurent un serveur virtuel.

Protection de toutes les applications (et en particulier des applications distribuées natives cloud) grâce à un pare-feu d’applications Web de nouvelle génération
Inspection granulaire et contrôle du trafic des serveurs, mises à jour automatiques des règles WAF et microservices qui exécutent les charges de travail.

Protection des données améliorée
Chiffrement à toutes les couches de transport, gestion continue des risques, communications sécurisées et maintien de l’hygiène du stockage des données.

Renseignements sur les menaces qui détectent et corrigent les menaces connues et inconnues en temps réel
Les fournisseurs de cloud recoupent les données de journaux agrégées avec les données internes et externes pour ajouter du contexte à différents flux de journaux natifs. Il existe également des systèmes de détection des anomalies par IA pouvant détecter les menaces pour permettre aux analyses légales de déterminer les niveaux de menace. Les alertes en temps réel peuvent afficher l’ensemble des menaces pour des délais de réponse plus rapides.

  • SaaS : les clients sont censés sécuriser leurs propres données et accès utilisateur.
  • PaaS : les clients sécurisent leurs propres données, accès utilisateur et applications.
  • IaaS : les clients sécurisent leurs données, accès utilisateur, systèmes d’exploitation, trafic du réseau virtuel et applications.

Utiliser des logiciels de confiance

Utilisez uniquement des logiciels provenant de sources connues et fiables. Il est important de comprendre ce qui est déployé dans le cloud, la provenance et s’il existe un risque de code malveillant.

Comprendre la conformité

Des lois strictes en matière de conformité réglementent la façon dont les données sont utilisées, y compris les informations personnelles et financières. Vérifiez les réglementations nécessaires et déterminez si l’environnement cloud peut vous aider à rester en conformité.

Gérer les cycles de vie

La gestion du cycle de vie peut aider à éviter les instances négligées. Les instances obsolètes peuvent présenter un risque de sécurité, car aucun correctif de sécurité n’est déployé.

Penser à la portabilité

Migrer des charges de travail vers un autre cloud doit toujours être possible, même sans plan.

Utiliser la surveillance continue

La surveillance constante des espaces de travail peut aider à prévenir les violations de sécurité.

Choisir les bonnes personnes

Le personnel doit être digne de confiance et hautement qualifié. Il est essentiel que tout le personnel comprenne les subtilités de la sécurité du cloud. Si la question du passage à un fournisseur tiers se pose, assurez-vous que son équipe est bien équipée et compétente.

Démarrer avec SecOps

Identifiez, hiérarchisez et éliminez plus rapidement les menaces.