Rencontre avec Mamoun : Prêt et déterminé



J’ai grandi au Maroc, en Afrique, jusqu’à mes 18 ans, puis je suis venu en France pour terminer mes études. J’ai toujours été très intéressé par la gestion des entreprises et j’ai toujours voulu être entrepreneur. Mon père en est un, il a réussi au Maroc. Et aujourd’hui, je me sens, moi aussi, entrepreneur. J’ai mon propre territoire avec mes propres objectifs et quotas. Je dois être un bon leader pour gérer mon écosystème de partenaires, d’opérations commerciales, de responsables et de collègues. Cela prend du temps, mais j’ai soif d’apprendre.

Ce que j’aime beaucoup dans mon travail, c’est le contact avec les autres, le côté humain. En tant que représentant commercial, je m’assure que les clients adoptent et apprécient notre plateforme, pour que nous puissions leur proposer des expériences exceptionnelles. J’essaye également d’innover sur la plateforme en tenant compte de leurs commentaires et suggestions. Interagir tous les jours avec nos clients et les aider à atteindre leurs objectifs est passionnant. Il y a tellement de talents dans cette entreprise.

J’avais ressenti un sentiment d’appartenance dès mon premier jour ici. Si vous regardez notre site Web, vous verrez des photos d’employés qui, pour moi, montrent que nous mettons l’humain au cœur de nos préoccupations. Avant d’arriver chez ServiceNow, je travaillais dans les Finances et je ne me sentais pas connecté à une culture dans ces rôles. Je voulais trouver une entreprise avec des croyances et des valeurs beaucoup plus proches des miennes. Tous mes amis qui travaillaient dans la technologie et auxquels je parlais de ServiceNow me disaient que c’était une entreprise incroyable. Du coup, dès que j’ai eu l’occasion d’y travailler, je n’ai pas hésité ! J’ai le sentiment d’être à ma place maintenant.

Mes débuts dans la vente étaient intéressants. Il y a tout juste un an, j’ai commencé à travailler en tant que représentant de développement de compte (ADR). Je dis souvent que nous ne sommes pas des vendeurs nés. Nous devenons des vendeurs. J’ai la chance d’avoir un directeur des ventes qui pense que de bons résultats commencent par des relations solides et un esprit d’équipe. Mon responsable m’a dit un jour : « Je vous jette dans le grand bain. Vous avez le choix entre couler et devenir un bon nageur. » Ça a été mon plus grand défi. Je devais devenir un bon nageur. Mais je me concentre généralement sur les résultats, c’est pourquoi j’ai fait tout ce que je pouvais réussir. Après seulement un an en tant qu’ADR, j’ai été nommé dans le top trois des ADR de l’année, avec l’aide d’une équipe formidable. Chez ServiceNow, nous nous aidons mutuellement à atteindre nos objectifs.

Dans la vente, il n’y a pas de journée typique. J’interagis avec différents clients, donc mon planning de la journée dépend de leurs besoins. Cela peut sembler intimidant, mais vous apprendrez beaucoup en seulement trois mois. Je m’épanouis et me dépasse tous les jours. C’est l’environnement de travail que je recherchais. Je pense que depuis que je suis ici, j’ai plus appris que dans tous les autres endroits où j’ai été auparavant.

Ce que j’aime chez ServiceNow, c’est que tout le monde apporte quelque chose de nouveau. Je pense que c’est aussi ce qui rend cette entreprise spéciale. C’est un sport d’équipe, il n’y a pas de superstar. J’aime cette culture. Prêts et déterminés. Si vous aimez servir et aider les autres, je pense que ServiceNow est l’entreprise idéale pour vous.  Nous recrutons. Rejoignez notre équipe.


En savoir plus sur ServiceNow

Rubriques

  • Trois mesures que le secteur des télécommunications doit prendre pour prospérer dans les cinq prochaines années
    Workflows digitaux
    Trois mesures que le secteur des télécommunications doit prendre pour prospérer dans les cinq prochaines années
    Que pensez-vous de ces affirmations ? ● « La transformation digitale représente les technologies dans lesquelles nous prévoyons d’investir cette année. » ● « Plus nous achetons de technologies, plus notre transformation digitale sera efficace. » ● « La responsabilité de la transformation digitale repose sur le DSI et sur de l’équipe informatique. » Deux choses me viennent à l’esprit : d’une part, ces déclarations sont, bien sûr, fausses, d’autre part, et cela est plus inquiétant, ces affirmations, que j’ai pu entendre un certain nombre de fois au cours des derniers mois de la part de plusieurs responsables gestionnaires, témoignent d’une réelle conviction.
  • Favoriser la révolution digitale des services financiers
    Workflows digitaux
    Favoriser la révolution digitale des services financiers
    Le début de l’année 2021 marque un tournant majeur pour le secteur des services financiers. Ces dernières années ont entraîné des changements massifs dans le secteur. L’évolution du paysage réglementaire, les menaces de sécurité toujours plus complexes et la concurrence des banques plus agiles imposent aux établissements bancaires traditionnels de réfléchir en profondeur à leur résilience organisationnelle. Les organismes de réglementation, quant à eux, doivent réfléchir aux moyens réglementaires mis en œuvre pour garantir notre sécurité, tout en nous accordant l’agilité nécessaire pour innover et de garder une longueur d’avance. L’émergence rapide de la pandémie de COVID-19 a jeté de l’huile sur le feu, car, en raison du télétravail, les architectures des systèmes complexes ont dû être gérées depuis le domicile des employés plutôt que depuis des environnements de travail étroitement contrôlés.
  • Quebec : connaître le fonctionnement de la technologie importe peu, concentrez-vous plutôt sur les problèmes à résoudre
    Digital Transformation
    Quebec : connaître le fonctionnement de la technologie importe peu, concentrez-vous plutôt sur les problèmes à résoudre
    Que pensez-vous de ces affirmations ? ● « La transformation digitale représente les technologies dans lesquelles nous prévoyons d’investir cette année. » ● « Plus nous achetons de technologies, plus notre transformation digitale sera efficace. » ● « La responsabilité de la transformation digitale repose sur le DSI et sur de l’équipe informatique. » Deux choses me viennent à l’esprit : d’une part, ces déclarations sont, bien sûr, fausses, d’autre part, et cela est plus inquiétant, ces affirmations, que j’ai pu entendre un certain nombre de fois au cours des derniers mois de la part de plusieurs responsables gestionnaires, témoignent d’une réelle conviction.

À venir

  • COVID-19
    L’espace de travail post-Covid : la nouvelle ère du tout digitalisé ?
  • COVID-19
    DSI, êtes-vous (vraiment) prêts pour le monde d’après ?

Année