Le développement durable sur le cloud avec Veolia, ServiceNow et Google Cloud Platform



Par: Martin Black, Head of ITSM Centre of Excellence, Veolia et Antoine Castex, Principal Cloud Solution Architect, Veolia

Chez Veolia, l’une des pierres angulaires de notre philosophie d’entreprise est le développement durable.

Que ce soit via la fourniture d’une source d’eau potable à des millions de personnes à travers le monde, le traitement de près de 50 millions de tonnes de déchets chaque année ou notre offre de services énergétiques à de nombreuses villes et industriels du monde entier, nous voulons œuvrer d’une manière qui soit bénéfique pour les citoyens et l’environnement.

Cette préoccupation dans le développement durable s’étend à tous les aspects de notre entreprise.

C’est pourquoi nous sommes passés à une plateforme de gestion des données basée sur le cloud. Cela permet non seulement d’améliorer notre efficacité en simplifiant les processus, mais également de mieux allouer les ressources et de travailler de manière plus respectueuse de l’environnement.

La valeur, pas les coûts

Chez Veolia, nous pensons toujours en termes de valeur, pas uniquement de coûts. Notre décision de passer au cloud en est un bon exemple. En effet, proposer des modèles opérationnels davantage axés sur le développement durable aide à ce que notre entreprise soit aussi vertueuse que possible, tout en bénéficiant de niveaux élevés de fiabilité et d’évolutivité.

100 % de l’énergie achetée par la Google Cloud Platform (GCP) provient de sources renouvelables, ce qui rend ses datacenters entièrement neutres en carbone. Grâce à elle, en tandem avec ServiceNow, nous passons à un modèle sans serveur et n’utilisons que la quantité exacte de ressources nécessaires à l’instant T.

Cette approche s’inscrit dans un concept connu sous le nom de « sobriété digitale », qui consiste à utiliser moins de processus énergivores lorsque c’est possible.

Mais les avantages du passage à une solution basée sur le cloud ne sont pas seulement environnementaux. Avec un travail à distance qui s’est généralisé en cette période de crise sanitaire, la possibilité pour nos employés d’accéder aux informations nécessaires où qu’ils soient dans le monde est inestimable.

De plus, la plateforme GCP est nativement sécurisée, ce qui est aujourd’hui primordial pour une entreprise. Nous appliquons en effet ce principe fondamental pour tous nos systèmes qu’est le ‘Secure by Design’.

Une approche multi-cloud

L’un des principaux objectifs du CoE ITSM de Veolia est de permettre à nos collaborateurs de se concentrer sur les aspects les plus importants de leur travail.

Plutôt que de consacrer une part importante du temps d’activité à des tâches répétitives, notamment à l’arrêt ou la réparation des serveurs chaque soir, nous pensons que nos équipes informatiques devraient se concentrer sur des actions à plus forte valeur ajoutée, tels que les DevOps.

Cela nous permet de nous adapter à une architecture de « microservices » dont l’évolution est plus agile et plus rapide par rapport aux systèmes monolithiques du passé. Le passage à Google Cloud Platform, renforcée par ServiceNow, est une étape essentielle de cette transition.

Le portail ServiceNow pour Google Cloud nous permet de gérer tous nos projets sur le cloud à travers une solution unique et centralisée. Ainsi, les workflows sont simplifiés et nos collaborateurs disposent de plus de temps pour relever les véritables défis informatiques.

Le contrôle accru que nous avons sur la gouvernance des demandes de projets sur la plateforme GCP illustre bien cette simplification.

À l’aide du portail ServiceNow, nous avons créé un formulaire simple pour nous assurer que les projets respectent les conventions de dénomination appropriées, qu’ils puissent être suivis par site (en cas de nécessité d’une collaboration internationale, par exemple) et qu’un budget mensuel estimé leur soit alloué.

Toutes ces données sont rassemblées et envoyées à un approbateur, qui peut communiquer avec le demandeur si nécessaire, et obtenir les informations complémentaires requises. Les projets ne sont lancés que si un besoin professionnel clair est identifié.

Les avantages

Nous récoltons d’ores et déjà les fruits de l’utilisation du portail ServiceNow pour piloter nos services basés sur le cloud. Le délai de déploiement des ressources sur le cloud est passé de deux jours à presque du temps réel, ce qui se traduit par des économies d’environ 12 000 € par an.

Les taux d’adoption et de satisfaction des clients sont extrêmement élevés, avec plus de 600 projets créés sur la plateforme GCP et pilotés par le portail ServiceNow. En outre, le risque de coûts incontrôlés liés au cloud est considérablement réduit en raison de la gouvernance que nous avons pu mettre en place.

Nous avons évidemment appris beaucoup en cours de route. Pour atteindre l’objectif final, il est impératif d’adapter ses outils. Pour Veolia, il s’agissait d’optimiser tant le temps que l’allocation des ressources, aussi bien dans le domaine digital que physique.

En nous adaptant progressivement, c’est-à-dire en procédant par itération et en nous remettant sans cesse en question, nous avons pu maximiser la valeur commerciale de la plateforme GCP.

Un avenir durable

Enfin, sans le soutien de la direction et une promotion solide, rien de tout cela n’aurait été possible. Heureusement, la fiabilité de ServiceNow a grandement facilité son adoption. Nous avons hâte de voir jusqu’où nous pourrons repousser les limites de la plateforme à long terme, afin de contribuer à construire un avenir meilleur, plus écologique et plus durable.


Pour découvrir cette story et d’autres stories des clients, consultez notre page Expérience digitale Knowledge2020 .

En savoir plus sur ServiceNow

Rubriques

  • Trois mesures que le secteur des télécommunications doit prendre pour prospérer dans les cinq prochaines années
    Workflows digitaux
    Trois mesures que le secteur des télécommunications doit prendre pour prospérer dans les cinq prochaines années
    Que pensez-vous de ces affirmations ? ● « La transformation digitale représente les technologies dans lesquelles nous prévoyons d’investir cette année. » ● « Plus nous achetons de technologies, plus notre transformation digitale sera efficace. » ● « La responsabilité de la transformation digitale repose sur le DSI et sur de l’équipe informatique. » Deux choses me viennent à l’esprit : d’une part, ces déclarations sont, bien sûr, fausses, d’autre part, et cela est plus inquiétant, ces affirmations, que j’ai pu entendre un certain nombre de fois au cours des derniers mois de la part de plusieurs responsables gestionnaires, témoignent d’une réelle conviction.
  • Favoriser la révolution digitale des services financiers
    Workflows digitaux
    Favoriser la révolution digitale des services financiers
    Le début de l’année 2021 marque un tournant majeur pour le secteur des services financiers. Ces dernières années ont entraîné des changements massifs dans le secteur. L’évolution du paysage réglementaire, les menaces de sécurité toujours plus complexes et la concurrence des banques plus agiles imposent aux établissements bancaires traditionnels de réfléchir en profondeur à leur résilience organisationnelle. Les organismes de réglementation, quant à eux, doivent réfléchir aux moyens réglementaires mis en œuvre pour garantir notre sécurité, tout en nous accordant l’agilité nécessaire pour innover et de garder une longueur d’avance. L’émergence rapide de la pandémie de COVID-19 a jeté de l’huile sur le feu, car, en raison du télétravail, les architectures des systèmes complexes ont dû être gérées depuis le domicile des employés plutôt que depuis des environnements de travail étroitement contrôlés.
  • Quebec : connaître le fonctionnement de la technologie importe peu, concentrez-vous plutôt sur les problèmes à résoudre
    Digital Transformation
    Quebec : connaître le fonctionnement de la technologie importe peu, concentrez-vous plutôt sur les problèmes à résoudre
    Que pensez-vous de ces affirmations ? ● « La transformation digitale représente les technologies dans lesquelles nous prévoyons d’investir cette année. » ● « Plus nous achetons de technologies, plus notre transformation digitale sera efficace. » ● « La responsabilité de la transformation digitale repose sur le DSI et sur de l’équipe informatique. » Deux choses me viennent à l’esprit : d’une part, ces déclarations sont, bien sûr, fausses, d’autre part, et cela est plus inquiétant, ces affirmations, que j’ai pu entendre un certain nombre de fois au cours des derniers mois de la part de plusieurs responsables gestionnaires, témoignent d’une réelle conviction.

À venir

  • COVID-19
    L’espace de travail post-Covid : la nouvelle ère du tout digitalisé ?
  • COVID-19
    DSI, êtes-vous (vraiment) prêts pour le monde d’après ?

Année